La Commission européenne a pris de nouvelles mesures afin que s'ouvrent les marchés des paris sportifs en France.

Elle estime notamment que la France s'oppose à la notion de libre prestation des services en Europe et un délai de deux mois lui est octroyé pour modifier sa législation sur les jeux d'argent.