Se faisant l'écho d'une décision de la Chambre mixte du 29 juin 2007, la Première Chambre de la Cour de cassation rappelle que les juges du fond doivent rechercher, pour des emprunteurs non avertis, "si conformément au devoir de mise en garde dont" la banque "était tenu à leur égard lors de la conclusion du contrat", le prêteur "justifiait avoir satisfait à cette obligation au regard non seulement des "charges du prêt " mais aussi de leurs capacités financières et du risque de l'endettement né de l'octroi du prêt".