L'avis des domaines en matière de préemption constitue une formalité substantielle dont l'irrespect entraîne la nullité de la décision de préempter.

L'autorité préemptrice doit en effet recueillir l'avis du service des domaines sur le prix de l'immeuble dont elle envisage de faire l'acquisition dans un délai d'un mois à compter de la date de réception de la demande d'avis.