La Cour de cassation rappelle que la finalité même de l'entretien préalable et les règles relatives à la notification du licenciement interdisent à l'employeur de donner mandat à une personne étrangère à l'entreprise pour conduire la procédure de licenciement jusqu'à son terme.

En effet, dès lors que la procédure de licenciement avait été conduite par le cabinet comptable de l'employeur, personne étrangère à l'entreprise, le licenciement est nécessairement dépourvu de cause réelle et sérieuse, et ce en application des dispositions de l'article L. 1232-6 du Code du travail.