Le changement, l’adjonction ou la suppression de prénom est possible, sous certaines conditions.

Il résulte en effet de l’article 60 du Code civil que "toute personne qui justifie d’un intérêt légitime peut demander à changer de prénom".

Ledit intérêt légitime, qui est apprécié par le juge en fonction des éléments existants lorsqu’il statue, peut résulter, notamment d’un usage prolongé remontant à la première enfance, d’une volonté de mettre en adéquation son prénom à un changement de religion ou d’un changement de sexe en cas de transsexualisme.

La juridiction compétente est le juge aux affaires familiales du lieu de naissance ou de résidence du demandeur (art. 1055-1 NCPC).

Il s’agit d’une procédure gracieuse dans laquelle seul le Ministère public dispose de voies de recours.