Le créancier est tenu de déclarer sa créance dans le délai d'un an courant à compter de la décision d'ouverture de la procédure collective, délai préfix, même dans l'hypothèse où le juge-commissaire statue sur le relevé de forclusion au-delà du délai d'un an.